Générations futures : après les salades, le muesli – 11/10/16

L’association Génération Futures, fervente avocate de l’alimentation biologique, est financée par des sociétés actives dans le secteur, dont le distributeur Biocoop.

Elle est de parti-pris. C’est assumé. Quand des articles oublient de le mentionner, ce sont les journalistes qui sont responsables, pas Générations Futures.

Il faut avoir ces éléments en tête, pour relire les nombreux articles sur l’étude publiée par Générations Futures le 11 octobre 2016 à propos des mueslis.

Des analyses menées sur quinze mueslis conventionnels et sur cinq mueslis bio ont mis en évidence des traces de pesticides conventionnels, certains potentiellement perturbateurs endocriniens, dans tous les lots de mueslis conventionnels. « Aucune Dose journalière Admissible (DJA) n’apparaît pouvoir être dépassée pour les résidus retrouvés dans les échantillons analysés, et ce pour une consommation de 50 à 100 g par jour de produit », précise avec honnêteté Générations Futures, page 8 de son rapport. En résumé, la situation est normale. Rassurante. Les cultivateurs, les transformateurs, les grossistes, toute la chaine a travaillé dans les règles.

On ne sait pas si les mueslis bio contenaient des traces de pesticides bio : Générations futures ne les cherche pas. Ce n’est pas son objet.

Rappeler le fait suivant n’est pas non plus dans la feuille de route de Générations Futures. Le 26 septembre 2016, il y eu un rappel de lots de mueslis lancé par Auchan. Les acheteurs étaient invités à ne pas consommer les mueslis, contaminés par des salmonelles et susceptibles de provoquer en cas d’ingestion « les symptômes suivants : fièvre, diarrhée, vomissements et des douleurs abdominales ». Les produits contaminés étaient bio, de la marque Moulin des Moines – Naturaline.

Il y a en moyenne un ou deux rappels de produits alimentaire bio chaque mois. Là encore, c’est normal. Cela prouve que le système de veille sanitaire fonctionne. Certaines alertes sont néanmoins sérieuses. La semaine précédent le rappel de muesli, le 21 septembre, il y a eu un rappel de steaks hachés Le Paysan Bio / La Vie claire. Ils étaient contaminés par une habituée du dossier, la bactérie Escherichia coli. En août, c’était moins grave : on avait trouvé des sulfites dans la moutarde Auchan Bio.

La sécurité sanitaire ne se résume pas à des résidus de pesticides en quantité infime. Bio ou conventionnel, il y a des règles à suivre, et les professionnels des deux bords les appliquent avec sérieux. La diabolisation sans nuance du conventionnel finira par être contreproductive pour le bio. Elle le nimbe d’un aura de perfection insoutenable dans la durée, qui laissera aux consommateurs en se dissipant l’impression amère d’avoir été trompés.

Erwan Seznec

Publicités

Une réflexion sur “Générations futures : après les salades, le muesli – 11/10/16

  1. Pingback: Générations futures, expert en publicité déguisé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s